Jeanne Gérard Art thérapie

Art thérapie ?

Soigner les personnes avec l’Art réside dans la mobilisation de ses ressources à des fins de mieux être et d’épanouissement. Les dispositifs sensoriels, moteurs, émotionnels, cognitifs et sociaux peuvent être globalement tous mis en jeu pour exploiter le potentiel d’une personne grâce au pouvoir d’entraînement de l’Art.

Processeur thérapeutique

L’art n’est pas utilisé tel un outil (comme ce pourrait être le cas dans un atelier artistique), davantage en tant que processeur thérapeutique : le critère observé durant l’ensemble de l’accom­pagnement est le processus de réalisation et non le résultat lui-même.

Une prise en compte des spécificités de chaque patient

L’art-thérapie valorise et considère autant l’esprit que le corps et le mécanisme social impliqué. C’est une prise en charge globale qui prend en compte le quotidien de la personne, ses souffrances, ses besoins et aussi sa personnalité.

Elle s’appuie sur le courant humaniste et sur l’idée de « bonne santé ». L’art-thérapie met en exergue la possibilité de mouvement de vie qui pousse à la réalisation d’un potentiel unique en chacun.

L’art thérapie pour qui ?

Le public concerné peut venir du secteur éducatif, médical, social ou carcéral. Aucune connaissance ou expérience spécifique dans une pratique artistique n'est nécessaire. Les principales indications art-thérapeutiques concernent les troubles de l’expression, de la communication et de la relation.

L’accompagnement s’applique à tout le monde : enfants, adolescents, adultes et personnes âgées et à de nombreuses pathologies : dépression, schizophrénie, troubles de l’appren­tissage, troubles fonctionnels, AVC, soins palliatifs, cancers, maladie d’Alzheimer, conduites addictives, grossesses pathologiques, autisme. Mais également aux handicaps mentaux, aux pénalités sociales et d’intégrations, aux souffrances psychiques…

En quoi l’art thérapie peut-elle aider ?

En pratique

L’art-thérapeute est un praticien spécifique et complémentaire qui évolue aux côtés de l’environnement proche de la personne suivie (personnel hospitalier, psychologue, psychiatre, éducateur spécialisé, famille).

Un praticien flexible

Sollicité par les établissements (hôpitaux, écoles, cliniques, centres d’incarcération, EHPAD) l’art-thérapeute s’adapte et construit les objectifs thérapeutiques avec l’équipe. Il intervient directement dans les structures ou reçoit les patients en cabinet, et peut également se déplacer à domicile.

Des moyens d’actions thérapeutiques spécifiques

Un protocole de soins complet et spécifique à partir d’objectifs sanitaires identifiés est mis en place pour chacun. La pratique artistique déployée (plastique, musicale, corporelle) dépend des besoins des personnes. Individuelle ou collective, la durée d’une séance varie de 45 minutes à 1 heure selon la pathologie ou la souffrance.

Une pratique standardisée

Sous indication médicale ou institutionnelle, l’art-thérapie est une discipline complé­mentaire assimilée aux métiers paramédicaux qui respecte le code de déontologie des métiers de la santé. La rémunération s’aligne aux professions paramédicales officielles.

Renseignements

Jeanne Gérard

Mes différentes expériences se profilent entre le secteur social, médical et éducatif : en service de Soins de Suite et Réadaptation Neurologie au sein de l'Hôpital la Pitié Salpêtrière à Paris ; à l'Hôpital de Jour Françoise Dolto à Saint-Malo auprès d’adolescents aux troubles du comportement et de la personnalité ; à la Maison d'Accueil Spécialisée de Saint Georges de Reintembault pour l’accompagnement de 2 jeunes adultes avec polyhandicap, dont l’autisme.

Aujourd'hui dans le secteur de Rennes, des consultations en individuel et sur rendez-vous sont possibles en cabinet à Domagné : ouverture le mardi toute la journée et le mercredi matin.

Diplômée de l’école d’Art-thérapie de Tours - AFRATAPEM Titre répertorié par l’État niveau 2.

Membre de la Guilde des art-thérapeutes, regroupement national de professionnels diplômés respectant le code de déontologie art-thérapeutique, lui-même sur la base de la déontologie paramédicale officielle. L’inscription à la guilde AFRATAPEM des art-thérapeutes implique, de fait, le respect de ce code et la pratique de l’art-thérapie.